Monchy-Saint-Éloi


Monchy-Saint-Éloi


Monchy-Saint-Éloi est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Monchyssois et les Monchyssoises.

Géographie

Localisation

La commune est située dans le département de l'Oise, entre le chef-lieu d'arrondissement de Clermont au nord et l'agglomération de Creil au sud, près de la rive gauche de la Brêche, à une distance orthodromique de 49 km au nord de Paris. Monchy-Saint-Éloi compte deux hameaux : Caucriaumont, près de la Brêche et de la RD 1016, à proximité immédiate de Laigneville, et Candilly, à mi-chemin entre le bourg et Villers-Saint-Paul.

La commune entre dans l'unité urbaine (ou agglomération au sens de l'Insee) de Creil composée de 22 communes et regroupant 116 662 habitants en 2009,. L'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle est situé à 35 km au sud, la capitale de la région Picardie, Amiens se trouve à 68 km au nord, Beauvais se situe à 32 km à l'ouest et Compiègne à 30 km à l'est.


Topographie

Le village se situe à l'extrémité sud du territoire communal, face à Nogent-sur-Oise. Le point le plus bas se situe à l'endroit où la Brêche quitte définitvement la commune, à 29 m au-dessus du niveau de la mer. Depuis la déviation de la rivière lors de la construction de la nouvelle voie rapide (voir ci-dessous), la Brêche ne correspond plus exactement à la limite sud de Monchy-Saint-Éloi. Les coteaux aux pentes raides qui délimitent le bourg au nord ont déterminé sa forme de village-ruban et favorisé la formation d'une agglomération avec Villers-Saint-Paul, à l'est. Au nord-ouest du bourg, la RD 62 est encaissée entre deux collines à l'ouest et à l'est, et de nouveaux quartiers pavillonnaires se sont constitués le long de cette route, jusqu'à 500 m avant la limite de la commune avec Mogneville. En total, le village atteint ainsi une longueur de 2,3 km. En haut des coteaux boisés qui dominent Monchy-Saint-Éloi au nord, se trouve un plateau agricole à plus de 100 m d'altitude ; s'y situe le point culminant de la commune, à 116 m au-dessus du niveau de la mer. Le nord-ouest du territoire communal, c'est-à-dire la zone comprise entre la RD 62 en direction de Mogneville et la Brêche, est également boisé. Cette zone est occupée par une butte, face au château, atteignant une altitude de 87 m mais de faible étendue. Plus au nord, y succède une plaine marécageuse arrosée par la Brêche. Le territoire communal s'y rétrécit à une envergure de moins de 300 m et s'interpose entre les communes de Laigneville à l'ouest et Mogneville à l'est, pendant près d'un kilomètre. C'est à l'extrémité nord de ce ruban de marais que se trouve la limite commune entre Monchy-Saint-Éloi et Cauffry, longue de 150 m environ seulement.

Géologie

La colline de Monchy est constituée par du calcaire grossier qui fut extrait jadis dans plusieurs carrières pour fournir de la pierre à bâtir. Elle est entourée de sables glauconieux, (plusieurs sablonnières ont existé), alors que les sols de la vallée sont constitués de quelques terres d’apport et de tourbe dans le marais. (on procéda à l’extraction de celle-ci à partir de 1798, date de partage des terrains communaux). Après l’arrêt d’exploitation des carrières, certaines furent utilisées pendant plusieurs décennies, comme champignonnières.

Voies de communications et transports

Réseau routier

Le territoire est parcouru du nord au sud par la RD 62, qui relie la RN 31 à Nogent-sur-Oise par Liancourt et Mogneville, et qui pénètre dans le village depuis le nord par l’étroit passage existant entre les deux collines. Il n'est toutefois plus possible de se rendre à Nogent par la RD 62, car cette dernière est intercepté depuis 1966 par la déviation de la RN 16 (l'actuelle RD 1016), au sud du territoire communal. L'on peut seulement y quitter cette voie rapide en provenance de Creil, ou la rejoindre en direction de Clermont. Sinon, une variante de la RD 62, la route de Caucriaumont, quitte la commune par l'ouest en direction de Rantigny, et rencontre au passage un échangeur avec la RD 1016. Il a été aménagé en 2007 à l'occasion de l'élargissement de la RD 1016 à quatre voies et permet un accès direct à la voie express en toute sécurité. Deux voies communales font communiquer Monchy-Saint-Éloi et Villers-Saint-Paul, alors qu'aucune route directe n'existe entre Monchy-Saint-Éloi et Nogent-sur-Oise, éloigné pourtant de quelques centaines de mètres seulement.

Transports ferroviaires

Monchy-Saint-Éloi ne dispose pas d'une gare, mais le point d'arrêt de Laigneville se trouve à proximité du village, à une distance routière de 1,1 km (depuis la mairie). Ce point d'arrêt est située entre les gares de Clermont-de-l'Oise et de Creil. Il est desservi par les trains TER Picardie (relation 22 Amiens - Creil - Paris). Quatorze à quinze trains par jour et par sens s'arrêtent du lundi au vendredi, et six à sept les dimanches et jours fériées. Du lundi au vendredi, la moitié des trains est origine ou terminus Creil, un changement étant donc nécessaire pour les déplacements entre Liancourt et Paris. Un TER Picardie met en moyenne 39 min pour atteindre la capitale, avec trois arrêts intermédiaires.

Transports en commun

Concernant les transports en commun routiers, la commune est desservie par une ligne du Réseau départemental Sud-Oise du conseil général de l'Oise, exploitée par Keolis Oise à Senlis. Il s'agit de la ligne no 1 Creil - Liancourt, qui propose cinq aller-retours du lundi au vendredi et un le dimanche, ainsi que des renforts en période scolaire. Le tarif est de 1,50 € pour un trajet court et de 2 € pour un trajet long, l'aller-retour étant à respectivement 2,20 € et 3 €.

Toponymie

Le nom Monchy vient de Monciaco Villa (Ve siècle). On retrouve l’origine du nom de la commune au Xe siècle, Monchy s’appelle alors Monciaco Villa. À cette désignation s'ajoute vers 1240 le nom du saint patron de la paroisse : ce devient alors Monciacum sancti Eligii devenu Monchy-Saint-Éloi vers 1373. Sous la Révolution française elle a été dénommée Monchy-Éloi, puis de nouveau Monchy-Saint-Éloi.

Histoire

Le Moyen Âge

Monchy est un des plus anciens lieux habités du Beauvaisis. C’était un fundus (domaine gallo-romain) appartenant à un nommé Moncius. Les deux hameaux Candilly et Caucriaumont ont pour origine des domaines gallo-romains : Candilly le fundus de Cantiliacum, et Caucriaumont celui de Caucriacum. Un moulin beaucoup plus ancien à deux tournants existait à proximité de Caucriaumont, mais il se trouvait sur la commune de Laigneville, il fut intégré au domaine du château à plusieurs périodes.

Voici selon saint Ouen, et rapportés par Louis Graves, les événements qui se seraient produits à Monchy au temps de saint Éloi et de suite après sa mort, et qui ont amené la dénomination actuelle du village.
Éloi, conseiller des rois Clotaire II et Dagobert, avait coutume en se rendant à la villa royale de Compiègne de prendre son gîte au-delà de la rivière d’Oise à Monchy chez son ami Vualdolenus. Or comme cet homme, après la mort d’Éloi eut ôté le lit et la couche où Éloi avait coutume de coucher, l’ayant mis en un autre lieu il se coucha sur celui-ci, et il fut pris d’une grande fièvre durant la nuit, et par révélation sa femme et lui ayant été avertis en songes qu’ils eussent à leur retirer de là et à rétablir la couche en sa place : le mary voyant que la fièvre ne le quittait point, et même qu’elle augmentait de plus en plus, fit remettre les lit et couche en leur place ; ce qu’il n’eut pas si tôt fait que la fièvre le quitta et il fut guéri. Ce qu’étant divulgué, plusieurs commencèrent d’y venir faire leurs vœux et offrandes, et où plusieurs miracles furent faits ? Ce qui donna occasion à cet hôte de quitter sa maison et de la donner pour qu’elle soit démolie et qu’à sa place ont construisit une église en bois dans laquelle furent mis les lit et couches d’Éloi, après la mort de celui-ci survenue en 659, de nombreux miracles s’opérèrent en ce lieu par le contact de son lit entre autres l’un vers Clotaire, roi de France. C’est vraisemblablement depuis cette époque que le village de Monchy doit l’épithète qui accompagne son nom au saint patron des forgerons et des orfèvres.

L'époque moderne

En 1539, le seigneur de Monchy est Jean de Marigny, député de la paroisse à l'assemblée de Creil pour la réforme des coutumes du bailliage de Senlis. À cette époque, le domaine du château appartient à l’abbaye royale du Parc aux Dames (à Auger-Saint-Vincent) qui le cède ensuite à un certain Denis Bodin qui rencontre des difficultés financières. Le domaine est saisi, vendu judiciairement et adjugé à Louis Leclerc qui devient seigneur de Monchy, et entreprend la reconstruction du château vers 1620.

Vers 1830, les 388 ha de la commune comprennent : 200 ha de terres labourables, 4 ha de vignes, 7 ha de vergers, 45 ha de prés, 11 ha de potagers et jardins d'agrément et 92 ha de bois. Comme dans toute la France, à la fin du XIXe siècle, les vignes sont atteintes par le phylloxéra et doivent être entièrement arrachées. Dès lors, on fabriqua du cidre pour remplacer le vin. À cette époque, de nombreux habitants fabriquent des chaussons et des galoches à leur domicile, leur production étant ensuite collectée par un voiturier qui les porte vers les fabriques de Liancourt. Pour cette raison la commune est surnommée Monchy-la-Galoche.

Politique et administration

Liste des maires

Finances locales

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Monchy-Saint-Éloi.

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Monchy-Saint-Éloi s'établit à 1 780 000 € en dépenses et 2 001 000 € en recettes :

En 2013, la section de fonctionnement se répartit en 1 427 000 € de charges (701 € par habitant) pour 1 702 000 € de produits (836 € par habitant), soit un solde de 275 000 € (135 € par habitant), :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels pour un montant de 776 000 € (54 %), soit 381 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Sur la période 2009 - 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 304 € par habitant en 2009 et un maximum de 381 € par habitant en 2013 ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux pour 958 000 € (56 %), soit 470 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 401 € par habitant en 2009 et un maximum de 470 € par habitant en 2013.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Monchy-Saint-Éloi. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012 :

  • la taxe d'habitation égale 17,12 % ;
  • la taxe foncière sur le bâti constante 25,82 % ;
  • celle sur le non bâti égale 78,88 %.

La section investissement se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance :

  • des dépenses d'équipement pour une valeur de 231 000 € (65 %), soit 113 € par habitant, ratio inférieur de 71 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (396 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 113 € par habitant en 2013 et un maximum de 411 € par habitant en 2009 ;
  • des remboursements d'emprunts pour un montant de 122 000 € (35 %), soit 60 € par habitant, ratio inférieur de 28 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (83 € par habitant).

Les ressources en investissement de Monchy-Saint-Éloi se répartissent principalement en :

  • fonds de Compensation pour la TVA pour une valeur totale de 22 000 € (7 %), soit 11 € par habitant, ratio inférieur de 74 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (43 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 11 € par habitant en 2013 et un maximum de 57 € par habitant en 2010 ;
  • subventions reçues pour une valeur totale de 18 000 € (6 %), soit 9 € par habitant, ratio inférieur de 88 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (72 € par habitant).

L'endettement de Monchy-Saint-Éloi au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette, l'annuité de la dette et sa capacité de désendettement :

  • l'encours de la dette pour un montant de 1 277 000 €, soit 627 € par habitant, ratio inférieur de 25 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (838 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 627 € par habitant en 2013 et un maximum de 778 € par habitant en 2010 ;
  • l'annuité de la dette pour un montant de 192 000 €, soit 94 € par habitant, ratio inférieur de 18 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (114 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 88 € par habitant en 2009 et un maximum de 95 € par habitant en 2012 ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour un montant de 278 000 €, soit 136 € par habitant, ratio inférieur de 35 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (210 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 98 € par habitant en 2009 et un maximum de 173 € par habitant en 2010. La capacité de désendettement est d'environ 4 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum d'environ 3 années en 2002 et un maximum élevé d'un montant de 17 années en 2000.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005.

En 2017, la commune comptait 2 214 habitants, en augmentation de 4,93 % par rapport à 2012 (Oise : +1,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 22,9 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 13,4 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 20,4 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 15,2 %).

Lieux et monuments

Monchy-Saint-Éloi ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

Le château

Le château de Monchy-Saint-Éloi existe depuis l’époque féodale ; ses fossés proviennent encore de la forteresse primitive qui bordait la Brêche. Les quatre pavillons d'angle sont construits sur les fondations des anciennes tours. À partir de 1620, le château fort est remplacé successivement par un château à vocation résidentielle plus commode, de style Louis XIII. C'est un simple bâtiment rectangulaire allongé, terminé par deux pavillons carrés légèrement saillants. Les deux façades sont identiques. La reconstruction est due tout d’abord à Louis Leclerc puis à son gendre François Le Conte, trésorier général de l’extraordinaire des guerres et de la marine. Il détourne le chemin traversant le parc vers le nord, et la façade nord devient ainsi la façade principale. À la mort de François Le Conte, c’est son fils aîné, l’abbé Anthoine Le Conte, grand amoureux des lieux, qui terminera la construction. Conseiller et aumônier du roi, devenu évêque de Grasse en 1681, il meurt au château le . - En 1816, Didier Théophile Deyeux, fils du chimiste Nicolas Deyeux, installe sur la propriété une fabrique de carreaux étrusques, qui est toutefois déplacée vers la faïencerie de Liancourt en 1828.

L’état actuel du château date de 1852, date à laquelle le comte de Poret fait construire les ailes ainsi que la galerie éclairée par des vitraux de différentes provenances. Il fait également surélever la partie centrale du second étage, afin d’équilibrer la perspective du bâtiment. Napoléon III se rendant au château de Compiègne effectue de fréquentes visites à Monchy, où il joue au billard avec son ami le comte de Poret. Le château de Monchy n’a pas eu de personnalités très marquantes parmi ses nombreux propriétaires. Il doit surtout sa réputation locale à deux d’entre eux : Marguerite Bellanger favorite de Napoléon III, qui en eut l’usufruit, car c’est pour le fils naturel de celle-ci, Charles Lebœuf, que Napoléon III achète fort discrètement le domaine (cet enfant étant probablement son fils). Puis le fameux industriel et affairiste Alexis Godillot célèbre par ses fournitures militaires et en particulier les chaussures auxquelles les soldats donnèrent son nom. En 1896, le château devient la possession de la famille Dailly, qui héberge le célèbre peintre Léon Bonnat, portraitiste officiel de la Troisième République, qui meurt au château le .

En 1963, le domaine est morcelé par la construction de la nouvelle route nationale 16. Vingt-neuf hectares sont achetés par l'Association pour le développement de la formation professionnelle dans les transports, représenté par son président-délégué général et fondateur Gérard Dupont, afin de créer un centre régional de formation. En 1966, la Brèche est détournée du parc et son lit comblé. Après restauration du château, restauration et agrandissement des bâtiments de l’ancienne ferme, les premières formations sont dispensées en 1966. De nouveaux bâtiments sont construits dès 1972 afin de répondre à la demande de formations toujours croissante.

La glacière

La glacière est située à une cinquantaine de mètres au nord-ouest du portail du château, de l'autre côté de la rue de Caucriaumont dans un terrain appelé « la Demi-Lune » au lieu-dit la Garenne. C'est une glacière de type maçonnée, en pierres calcaires provenant des carrières locales. Elle est intégrée dans une butte naturelle couverte de végétation. Le sas autour de l'entrée, au nord-est, constitue sa seule partie visible extérieurement. Il est en rocaille et de forme carrée (2,20 m sur 2,20 m). À l'intérieur du sas, une seconde porte ouvre sur le couloir conduisant à la cuve. Rectiligne, il descend en pente douce sur une longueur de 5 m et est axé sur la coupole. Il était recoupé vers le milieu de sa longueur par une porte intermédiaire, formant ainsi un second sas ; puis la cuve est également fermée par une porte. Toutes les portes étaient en bois, mais ont aujourd'hui disparu. L'extrémité du couloir arrive sur la partie supérieure de la cuve au niveau maximum de remplissage. La cuve est et a une profondeur de 3,20 m et un volume de 20 m3 environ ; elle se rajeunit légèrement vers le fond. Celui-ci est constitué par le terrain naturel sablonneux, donc très perméable, ce qui permettait l'évacuation de l'eau de fusion. Une banquette permet de cheminer sur tout le pourtour supérieur de la cuve. Celle-ci est surmontée d'une coupole sphérique légèrement aplatie, réalisée en pierres soigneusement appareillées. Au plafond, un crochet permettait de suspendre une lanterne pendant les opérations de remplissage où d'extraction de la glace.

Église Saint-Éloi

L'église Saint-Éloi conserve son clocher et son chœur romans du second quart du XIIe siècle. L'intérieur a perdu presque toute son authenticité lors d'une lourde restauration à la fin du XIXe siècle, qui explique que l'édifice n'est pas classé ou inscrit au titre des monuments historiques. Il est néanmoins intéressant pour son parti architectural, avec une voûte d'ogives archaïque pour la base du clocher, une voûte en berceau pour le chœur, et un chevet éclairé par un triplet ; ainsi en tant que témoin de l'évolution de l'édifice. En effet, il y reste les traces des ouvertures anciennes, bouchées en partie au dernier quart du XIIe siècle, quand une nef et un chœur plus spacieux sont ajoutés au nord de l'édifice roman, dans le style gothique primitif. L'église Saint-Éloi devient ainsi un édifice à double vaisseau. Le chœur est partiellement reconstruit en 1667, et est également concerné par la restauration de la fin du XIXe siècle. Il conserve un retable de pierre assez remarquable de la Renaissance, malheureusement privé de sa polychromie d'origine. Quelques éléments du mobilier sont classés,.

Personnalités liées à la commune

  • Napoléon III (1808-1873) séjourna plusieurs jours au château de Monchy.
  • Alexis Godillot (1816-1893), entrepreneur et manufacturier français, fut propriétaire du château.
  • Léon Bonnat (1833-1922), un peintre portraitiste et collectionneur français peintre mort au château de Monchy-Saint-Éloi le .
  • Pascal Soetens (1969-), éducateur sportif et animateur de l'émission de coaching familial Pascal, le grand frère.

Voir aussi

Bibliographie

  • Alain Bourguignon (dir.), Monchy-Saint-Éloi: ses rues, ses commerces, industrie et agriculture, promenade au fil du temps qui passe, Cauffry, Les Amis de l'Histoire, coll. « D'un clocher à l'autre, volume 13 », , 57 p. (ISBN 2-9525290-0-0, ISSN 1779-188X, lire en ligne)

Articles connexes

  • Église Saint-Éloi de Monchy-Saint-Éloi
  • Liste des communes de l'Oise

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Monchy-Saint-Éloi sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références

Notes

Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes

Références

  • Portail de l’Oise
  • Portail des communes de France

Monchy-Saint-Éloi


Langue des articles



Quelques articles à proximité